Nouveautés de QGIS 3


Publié le Lundi 18 décembre 2017
Modifié le Samedi 30 décembre 2017
Temps de lecture estimé : 3 minutes (610 mots)

Mot-clé associé :Catégorie associée :

QGIS 3 devrait sortir dans quelques semaines et de nombreuses améliorations sont au programme.

Suite au V ème séminaire QGIS des 14 et 15 décembre derniers (parrainé par Geonov) et aux publications #24daysofqgis sur Twitter par la société North Road, voici un article présentant les nouveautés de QGIS 3.

Les animations ont été publiées initialement sur Twitter par la société North Road.

Mise à jour du 30/12/2017 : 7 nouvelles vidéos.

Date de sortie ?

Le développement de QGIS 3 devrait prochainement être gelé avant de sortir officiellement dans quelques semaines (janvier 2018 ?) mais aucune date précise n’est connue à ce jour.

Lorsque QGIS 3 paraîtra, QGIS 2.18 deviendra la nouvelle version LTR (support à long terme). La première version LTR basée sur QGIS 3 ne sera officialisée que lors de la parution de QGIS 3.2.

Sous le capot

QGIS 3 est avant tout une réécriture du code en Python 3 (3.6.0) et Qt 5 (5.9.2-3). Qt 5 apporte en autres une bibliothèque 3D et le support des écrans Retina.

La nouvelle API de QGIS 3 impose la réécriture de toutes les extensions QGIS. Cela a d’ailleurs été l’occasion de nettoyer de QGIS les extensions devenues “indésirables” en particulier celles développées en C++ qui, bien qu’elles aient l’avantage d’être performantes, sont trop difficiles à maintenir car trop proches du cœur de QGIS.

Nouveautés

Voici une présentation essentiellement en courtes vidéos de certaines des nouveautés de QGIS 3.

Interface

  • Les données sources sont maintenant accessibles via le “Gestionnaire de données sources” ce qui permet un accès unifié à tous les formats de données.

  • Les guides peuvent être positionnés au millimètre grâce au nouveau gestionnaire de guides.

  • Un aperçu de l’emprise des systèmes de coordonnées est désormais affiché ce qui facilite leur choix.

  • Le navigateur supporte dorénavant les fichiers QLR, les modèles d’impression, les traitements et les scripts Python.

  • Un nouvel outil de recherche permet de trouver rapidement un algorithme, une couche, une action, etc.

  • L’arrivée d’un remplaçant du composeur d’impression avec de nombreuses nouveautés, comme l’alignement des objets sélectionnés.

Carte

  • Les écrans Retina (HiDPI pour “High Dots Per Inch”) sont supportés sur la carte et le composeur d’impression.

    Support Retina

  • Plusieurs canevas de cartes peuvent être affichés simultanément et synchronisés.

  • Redessiner une carte est maintenant plus rapide grâce à la mise en cache des étiquettes.

  • QGIS 3 supporte l’affichage de données 3D dans de nouvelles vues 3D interactives.

Styles

  • Les annotations peuvent être stylisées.

  • De nouveaux outils permettent de déplacer, cacher ou éditer unitairement les étiquettes.

  • De nouveaux outils pour définir les polices et les symboles.

Édition

  • De nouveaux outils permettent de dessiner facilement des formes géométriques de type rectangle, cercle, ellipse à l’aide de différentes méthodes.

  • Un nouvel outil d’édition des nœuds permet notamment de prolonger facilement les lignes.

  • Création de champs qui se mettent à jour automatiquement à chaque édition de la donnée (typiquement un horodatage).

Formulaires

  • Les champs des formulaires de sélection s’auto-complètent avec les valeurs des attributs.

  • Les champs des formulaires d’édition des données attributaires proposent automatiquement des types “case à cocher” ou encore “date” en fonction du type des attributs.

Rasters

  • Il est possible de classifier des rasters simplement à l’aide d’une palette de couleurs.

Formats

  • Le format GeoPackage a été intégré dans les différents outils de QGIS.

Traitements

  • De nouveaux algorithmes sont apparus.

  • L’exécution de tâches complexes se déroule en tâche de fond et ne bloque plus QGIS.

  • Les paramètres des géo-traitements peuvent être liés aux attributs des données. On pourra par exemple créer une zone tampon variable selon la valeur d’un attribut.

  • Reprojection automatique des couches dans les algorithmes pour éviter de créer une couche temporaire de la donnée à utiliser dans une autre projection.